Archives pour la catégorie maltraitance

Grandir et vivre avec le ressenti et le parcours particulièrement intense des personnes surefficientes, zèbres, HP, et autres

900full-living-with-intensity-understanding-the-sensitivity-excitability-and-the-emotional-development-of-gifted-children-adolescents-and-adults-cover
Susan Daniels, Ph. D. and Michael M. Piechowski, Ph. D. editors; Living with Intensity; Great Potential Press; 2009

 

Cela peut paraître paradoxal aux personnes qui ne sont pas dans cette dynamique de vie, mais grandir et vivre quand on est une personne surefficiente (ou un zèbre pour reprendre le mot de Jeanne Siaud-Facchin) n’est pas tout simple.

Pour commencer, être une personne surefficiente ne signifie pas nécessairement être un-e premier-ère de classe qui va tout digérer facilement et sans affect particulier. Au contraire, certaines de ces personnes souffrent le martyre dans un système scolaire extrêmement normatif, et cela peut avoir des conséquences funestes.

Le développement d’une personne HP a aussi ceci de particulier qu’il est « asymétrique ». En d’autres termes, à un moment donné, un enfant peut avoir un développement cognitif extrêmement avancé, mais une capacité de jugement qui est dans la moyenne, voire légèrement en retard. Cela peut être très compliqué à gérer pour l’entourage et cela peut être à l’origine d’une énorme souffrance pour l’enfant qui en a conscience. Cette souffrance et ses manifestations peuvent être telles qu’elle induit des consultations et des diagnostics psychiatriques erronés de la part de praticiens qui ne sont pas au fait des spécificités du développement des zèbres.

Le fait d’être surefficient peut se manifester dans plusieurs dimensions. Le domaine cognitif n’est que l’une d’entre elles. La sensibilité, l’empathie et les émotions en constituent une seconde. La capacité d’imagination et de créativité une troisième. Les sensations physiques et esthétiques une quatrième. Le domaine psychomoteur la cinquième. L’asymétrie de leur développement signifie aussi que, même adultes, certaines personnes sont surefficientes dans une ou deux de ces dimensions, d’autres dans les cinq à la fois.

J’ai déjà eu l’occasion de dire que la littérature en langue française ne présente de loin pas toute la complexité du développement des personnes surefficientes. Les auteur-e-s sont au mieux conscient-e-s des surefficiences dans les domaines cognitifs et émotionnels. Les autres domaines ne sont pas considérés. Pire encore, le processus de développement intérieur des personnes n’est pas décrit. C’est d’autant plus ennuyeux que ce processus passe par des crises importantes, on pourrait presque dire des phases de « mort puis renaissance » qui sont très marquées et qui, quand elles ne sont pas comprises peuvent amener à des réactions inadéquates de la part de l’entourage ou de professionnel-le-s de la relation d’aide non formés aux spécificités des personnes HP.

Publié en 2009 par Great Potential Press, Living with Intensity [1] est un ouvrage collectif qui vient combler ce vide, en tout cas pour toutes les personnes qui maitrisent la langue anglaise. Les autres ont une motivation de plus de s’y mettre, en attendant que les éditeurs de langue française daignent rattraper leur retard dans ce domaine également.

Il est composé de 15 chapitres rédigés par des auteur-e-s différent-e-s mais avec néanmoins une forte unité entre eux.

Les deux premiers décrivent synthétiquement ce que c’est que d’être une personne surefficiente et le processus de développement intérieur de ces dernières, ce que le psychologue Casimierz Dabrowski avait appelé le processus de « désintégration positive ».

Les sept chapitres qui suivent traitent de ce que c’est que d’être un enfant HP, à l’intention des parents, des enseignant-e-s et des professionnel-le-s de la relation d’aide. Ces chapitres traitent de la bonne manière de stimuler un enfant qui en a absolument besoin, des spécificités de l’adolescence, de l’impact que la lucidité d’un enfant HP peut avoir sur sa vie et sur celle de son entourage, des risques et des conséquences de diagnostics erronés en cas de crise particulièrement intense, des spécificités de l’accompagnement de ces enfants, de l’impact de la particularité des enfants HP sur la dynamique de leur environnement familial et, pour finir, de celui du perfectionnisme dans leur vie.

La partie suivante consacre quatre chapitres aux personnes devenues adultes, en abordant ce que cela signifie d’être une personne HP dans un parcours d’adulte, d’un exemple d’un parcours de vie d’une personne particulière et qui a eu un très grand impact, de l’intégration de la dimension spirituelle dans l’accompagnement de ces personnes et de ce que le travail de Dabrowski apporte aux adultes.

La dernière partie consacre deux chapitres aux travaux de recherche actuels et à venir.

Great Potential Press présente cet ouvrage comme une introduction à l’apport de Casimierz Dabrowski dont la richesse et la complexité sont à la hauteur de celles des personnes surefficientes. Et c’est un fait qu’il constitue une bonne introduction qui permet d’intégrer petit à petit les différents éléments de son regard sur le parcours de vie des personnes HP. Il montre aussi comment cela aide les personnes à devenir autonomes, à traverser et à ressortir grandies de crises de vie qui peuvent être de véritables tempêtes et comment ce processus de croissance se poursuit depuis la petite enfance jusqu’à un âge très avancé.

La deuxième partie dédiée aux enfants me semble être le cœur de cet ouvrage. Les auteur-e-s y donnent des myriades de pistes et de suggestions pour un suivi adapté qui sont susceptibles de fortement aider l’entourage de ces enfants. Il montre aussi qu’il existe au moins des ilots de personnes qui déploient des trésors d’énergie, d’attention, de tendresse et d’intelligence pour aider ces enfants à bien grandir. Cela me touche d’autant plus que, dans mon propre parcours de vie, je n’ai pas du tout bénéficié d’un tel environnement ou de quoi que ce soit qui s’en approche, même de loin.

La partie dédiée aux adultes contient également quelques perles. Tout d’abord, elle intègre la dimension spirituelle de la vie des personnes HP, qui est tellement importante pour un très grand nombre d’entre elles, ceci quel que soit la forme que prenne cette dimension. Ensuite ce même chapitre est le seul qui décrive l’accompagnement de personnes ayant subi des abus très graves, ce qui arrive très souvent et qui ne peut qu’avoir des conséquences dévastatrices chez des personnes particulièrement sensibles. C’est d’autant plus étonnant que les auteur-e-s des autres chapitres sont très conscient-e-s des conséquences des maltraitances et qu’ils citent à plusieurs reprises les ouvrages d’Alice Miller à ce sujet.

Même très bien écrit, la lecture de cet ouvrage demande un peu de temps. Celui-ci est nécessaire pour digérer intérieurement les apports des différents chapitres et éviter que cette lecture ne fasse que compléter ce que nous savons, mais sans rien changer à notre vie et/ou à notre pratique. Prendre ce temps en vaut la peine, c’est un ouvrage fondamental à la fois solide et abordable, qui contiendra des pistes pour de nombreuses personnes.

Mon seul vrai regret, c’est qu’il existe différentes manières d’être unique. On peut être un-e surefficient-e. On peut faire partie de la mouvance LGBTIQ. On peut avoir un parcours de vie très particulier. Et certaines personnes surefficientes les cumulent. Cette thématique-là n’est pas abordée, et, pour moi, elle manque.

[1] Susan Daniels, Ph. D. and Michael M. Piechowski, Ph. D. Editors; Living with intensity, Great Potential Press, 2009

http://www.greatpotentialpress.com/living-with-intensity

 

Le végétarisme pour les non-végétariens

Renan Larue, le végétarisme et ses ennemis, vingt-cinq siècles de débats, PUF, 2015
Renan Larue, le végétarisme et ses ennemis, vingt-cinq siècles de débats, PUF, 2015

C’est en faisant un passage de plus dans un de mes lieux de perdition favoris que je suis tombée sur ce petit ouvrage. De là à dire qu’il m’y attendait et qu’il fait partie de la part de sens de ce monde, il n’y a qu’un pas.

Je dois admettre que je n’ai pas pu lâcher ce livre avant de l’avoir fini et qu’il continue de provoquer mon interrogation et ma réflexion. Je connais bien trop mal la littérature sur cette thématique pour pouvoir situer ce livre dans son contexte. Par contre, je peux partager ce qu’il a remué en moi.

Il m’a remuée sur le plan cognitif en m’apprenant que le conflit autour du végétarisme n’est pas récent en occident. En fait, il remonte à la plus haute antiquité dont nous ayons des traces écrites et peut-être même avant. Depuis le début, ce conflit très vif se centre in fine sur le même enjeu, à savoir la place de l’être humain dans la nature et les relations entre celle-ci et nous.

Depuis le début, les végétarien-ne-s ont été vu en occident comme des personnes dangereusement subversives, car refusant de communier aux sacrifices animaux qui étaient érigés en mythes fondateur tout autour de la méditerranée. L’arrivée du christianisme n’a fait qu’aggraver les choses. Quelques qu’aient été les actes et les paroles réelles du Christ, l’église chrétienne naissante en a fait un personnage spéciste et carniste. De ce fait, les végétarien-ne-s était soupçonné-e-s d’hérésie et de vouloir se montrer plus généreux que le Christ lui-même envers les animaux, donc dangereusement suspects. Certains ont été brûlés vifs pour cela.

L’étau a commencé, très lentement, à se relâcher avec l’apparition des lumières et la perte très progressive d’influence de l’église catholique. Chose intéressante, les pays protestants se sont montrés, et depuis longtemps, nettement plus respectueux des personnes végétariennes.

Aujourd’hui, le conflit est plus vif que jamais. Mais la proportion de personnes végétariennes en occident croît lentement. Elles subissent toujours des quolibets, des rejets et les mêmes sempiternelles accusations. Mais on ne peut plus les exclure complètement de la société. L’auteur pense que cette croissance est irréversible, même si les pays latins résistent très fortement, et que l’avenir de l’humanité est de devenir végane.

Pour ma part, je suis sûre que l’auteur est lui-même végan. Mais il est suffisamment rigoureux et intelligent pour présenter les arguments des personnes anti-végétarisme de manière « brute », sans essayer de les contrer. En fait, il décrit séparément à chaque époque les arguments des uns et des autres.

Ce livre me remue profondément et il me semble qu’il devrait remuer de très nombreux enfants doués, eux aussi dotés d’une très grande sensibilité. Ce qui me remue, ce ne sont pas tant les arguments des personnes qui défendent le végétarisme, que ceux de celles qui s’y opposent. Affirmer que d’autres êtres ne sont que des choses dont nous pouvons user et abuser sans le moindre scrupule et le moindre respect m’est insupportable. Affirmer que seuls les êtres humains sont dignes de respect et de compassion m’est insupportable et sonne fondamentalement faux au plus profond de ma conscience. C’est aussi intolérable que le racisme, la misogynie, l’homophobie et la transphobie. Et ce genre de système est basé exactement sur les mêmes arguments dans tous ces cas….

Alors que faire? Nous avons besoin de nous nourrir. Et nous commençons à découvrir que même les végétaux sont infiniment plus sophistiqués que ce que nous avons jamais affirmé à leur sujet (on trouve des choses à ce sujet même dans Science, mais je ne retrouve plus les références). La seule manière de ne plus faire le moindre mal est de disparaître de la surface de cette planète. Mais l’humanité n’est douée ni pour le suicide ni pour l’émigration de masse dans le reste du système solaire. Alors que pouvons-nous faire ?

Faute de pouvoir résoudre les problèmes de l’humanité (qui dénie encore jusqu’à leur existence), je peux faire, comme un colibri face à un feu de forêt, juste « ma modeste part », pour qu’il ne soit pas dit que je ne l’aurais pas faite. Aujourd’hui, cette part consiste à revoir mon alimentation, à éviter tout gaspillage, à réduire au maximum les produits d’origine animale, et à manger toute nourriture avec le plus grand respect, même quand il s’agit de végétaux. Même sans être végan, c’est pour moi un défi.

Et, à terme, je souhaite de tout coeur que l’auteur ait raison quant à l’avenir de l’humanité.

Quand la tempête s’apaise

The Llangernyw yew tree, Llangernyw, Conwy, Wales, source: wikimedia commons,  Cet arbre est un tout jeune if qui n'a QUE 4000 ans!
The Llangernyw yew tree, Llangernyw, Conwy, Wales, source: wikimedia commons,
Cet arbre est un tout jeune if qui n’a QUE 4000 ans!

Quand une personnes est en grande souffrance intérieure, il est essentiel pour elle de trouver un soulagement aussi vite que possible. Entretemps, il lui faut tenir et cela lui demande toutes ses forces. Plus vite, elle sera libérée de ce qui l’entrave, mieux ce sera. Plus la douleur est grande, plus court est le terme sur lequel elle peut se projeter. Tenir un jour est déjà difficile. Mais il est des traumatismes qui ne se guérissent pas du jour au lendemain. C’est pire encore quand la personne a reçu une accumulation de traumas, de transmissions familiales mortifères et de bien d’autres choses encore.

Dans un pareil contexte, tenir jour après jour, semaine après semaine est déjà une gageure. Le chemin est d’autant plus désespérant qu’il est long et qu’il ressemble à une succession de tempêtes, toutes aussi lourdes à traverser les unes que les autres. Dans un pareil contexte, il faut du cran pour tenir. Il faut aussi de la force, une force qui parfois nous pousse à avancer presque malgré nous et certainement malgré la douleur. Dans ce genre de circonstances, trouver la bonne personne et se faire aider par une personne particulièrement empathique, respectueuse, mais aussi expérimentée peut littéralement être vital.

A force de ténacité, de travail, de temps, de chercher son chemin de tout son coeur, de toute son âme et de toutes ses forces, à force de travailler avec des personnes réellement aidantes, à force d’avancer pas à pas, il vient un moment où la tempête s’apaise. Dans un premier temps, ce sont juste des petites accalmies durant lesquelles elle est un peu moins forte. Avec le temps, ces accalmies prennent de l’ampleur. Elles durent plus longtemps, elles sont plus amples.

Il vient un moment où la vie est plus facile. Tout n’est pas réglé, bien sûr. Est-ce que cela le sera un jour? Il y a encore des moments difficiles. Mais dans quelle vie n’y en a-t-il pas? Quoi qu’il en soit, la vie ne se réduit plus à une lutte perpétuelle. Elle a des bons moments, des moments de paix et de sérénité, des moments de repos, des moments de présence à soi-même, des moments de bonheur, des moments de liens avec ce que nous sentons de « plus grand que nous ».

Ces moments de paix et de sérénité nous permettent de nous retourner et de contempler notre trajectoire de vie. Au début, ça n’est pas facile. « Je sais, mais il y a encore tant à faire! Il y a urgence! » Mais, néanmoins, nous trouvons de plus en plus l’occasion de porter ce regard sur notre chemin. Au début, cela peut être juste un soulagement passager. « Ouf, le pire est, peut-être, derrière ! Mais il reste beaucoup à faire ! » Avec le temps, ce soulagement prend lui aussi de l’ampleur. « Oui, c’est mon passé. Il me semble que j’en sors doucement et que je vis autre chose de quand même mieux aujourd’hui ». Plus tard, cela peut devenir « Wow, quel chemin j’ai fait ! Je peux légitimement être fière de moi ».

Ce moment là peut nous permettre de faire plusieurs expériences.

La première est l’expérience incarnée de la puissance de la vie et plus précisément de la puissance de notre vie, dans notre corps et dans tout le chemin que nous avons parcouru. Ca n’est pas la puissance du bulldozer qui bouleverse tout d’un coup, mais plutôt celle de l’arbre qui continue à grandir, millimètre après millimètre, mois après mois, année après année, décennie après décennie, siècle après siècle. Et il faut vivre le passage du temps pour faire cette expérience concrètement.

La deuxième c’est que, quand on est dans la lutte (et cela peut être absolument vital), on est tellement dans l’instant présent que nos perspectives sont dans l’immédiat. Tout ce qui en sort semble irrémédiablement hors de portée. Or, certains aspects de la croissance des êtres humains prennent des années voire des décennies à s’incarner. Il faut, là encore, faire l’expérience de traverser ce chemin pour sentir que le fait de ne pas pouvoir résoudre quelque chose tout de suite n’est pas nécessairement dramatique. Il y a un demain, un après demain, un après-après demain et ainsi de suite. Et nous n’avons pas d’autre moyen que de faire le chemin au fur et à mesure des années puis des décennies pour acquérir cette expérience intérieure.

La troisième est que même si nous venons dans ce monde avec des choses très lourdes (abus, maltraitances graves, secrets de familles, traumatismes de guerre, etc.), nous ne sommes pas nécessairement condamné-e-s dès le départ et prédestiné-e-s à finir dans ce même état. Nous pouvons choisir notre destin et nous libérer de beaucoup de choses. Cela exige un engagement total dans la durée. Mais c’est possible. Ce faisant, nous faisons l’expérience Qu’il n’y a pas de chemin tout tracé. Il n’y a d’autre chemin que celui que nous traçons en marchant et que plus jamais nous ne referons….

Le poème d’Antonio Machado est magnifique (1), mais pour moi, il est aussi très profond. Nous libérer de nos entraves peut prendre beaucoup de temps, et peut-être que cela n’est jamais achevé. Mais, néanmoins, nous pouvons danser notre vie telle que nous la sentons, et suivre le rythme et les pas qui prennent naissance dans notre coeur et notre corps.

(1) Faute d’une édition bilingue que je cherche toujours, une traduction que j’espère au moins correcte est celle-ci : http://www.poesie.net/macha4.htm

Vivre avec la part d’enfer de nos vies

Hieronymus Bosch, The garden of earthly delights, oil on canvas between 1480 and 1505, Prado Museum, Source: Wikimedia Commons
Hieronymus Bosch, The garden of earthly delights, oil on canvas between 1480 and 1505, Prado Museum, Source: Wikimedia Commons

 

Vous les avez sans doute déjà rencontrées. Il y a nombre de personnes autour de nous pour qui «il n’y a pas de hasard», «tout a un sens», «nous vies seraient pleines de synchronicités», les épreuves quelles qu’elles soient, nous seraient envoyées pour nous permettre de progresser sur notre chemin de développement spirituel, etc. Certaines philosophies vont même jusqu’à affirmer que nous serions à l’origine de tout ce que nous traversons dans nos vies.

Voyez-vous ça.

Chacune et chacun a, bien sûr, droit à ses croyances, mais j’ose affirmer que tout n’a pas un sens en ce bas monde.

Il y a dans la vie de certaines personnes une part d’enfer, une part d’horreur, d’absurdité radicale, de ce qui n’a pas le moindre de sens et les personnes qui survivent à ce genre de trauma doivent faire avec leurs conséquences à très long terme.

Voici juste quelques exemples. Ils n’ont rien de représentatifs, mais je les connais de première main. Je me suis, bien sûr efforcée de les anonymiser pour des raisons éthiques évidentes.

A la fin de la seconde guerre mondiale, sur la frontière suisse, des soldats sont forcés d’assister à l’un des derniers massacres sur le front ouest, celui de la partie française d’un village à cheval entre les territoires suisses et français. Les habitants savent que les allemands arrivent. Ils tentent de s’enfuir en traversant la frontière. Les soldats du côté Suisse ont aidé de nombreuses personnes à traverser la frontière. Mais tout le monde n’est pas parti. Quand les SS arrivent, ceux qui sont en poste sur la frontière n’ont pas d’autre choix que d’assister au massacre des personnes qui sont restées, ainsi qu’à la mise à sac du village qui s’ensuit. L’un d’entre eux, ne parlera de ce qu’il a vu à ses proches qu’au delà de l’âge 90 ans. Quand bien même il n’avait jamais rien dit avant, sa fille aînée vit avec des flashes de scènes de guerre et de massacre depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne.

Dans une famille apparemment bien sous tous rapports, l’oncle vient très fréquemment en visite. Pour les parents, rien de plus naturel. Sauf que l’oncle en question abuse régulièrement de la fille aînée du couple. Celle-ci ne dit rien à ses parents et ne leur demande pas d’aide. Elle voit bien que le comportement de son père à son égard est très ambivalent. Quand à sa mère, elle sent bien qu’elle ne la croit pas, qu’elle ne peut pas se fier à elle et qu’elle préférera protéger son frère plutôt que de défendre sa fille. Trente ans après, elle a tous les symptômes de stress post-traumatiques (cauchemars récurrents, réveils en hurlant, flashes, situations qui la ramènent à ce qu’elle a subi et à sa terreur, etc.).

C’est une famille d’origine très modeste. La grand-mère est d’origine immigrée et vient d’une famille très pauvre. Sa propre mère ne savait ni lire ni écrire. Le grand-père, d’origine paysanne tenait un bistrot. C’était un troquet très simple, dans lequel on trouvait de tout, y compris les petite frappes du lieu. Elle travaillait dans ce bistrot pour nourrir sa famille. Elle était la seule à travailler, ses frère étaient au chômage et il n’y avait pas encore d’assurance. Elle a fini par l’épouser. Une promotion sociale? Pas si simple. Elle ne peut pas rejoindre le lit conjugal avant que son mari ne soit endormi. Sa fille et sa petite fille soupçonnent fortement qu’elle a été abusée dans ce lieu où elle travaillait et que son mari a quelque chose à voir dans ce qui s’est passé. Mais elle est morte à 62 ans à peine et sans rien dire.

Sa fille a eu un fils. Il lui arrivait fréquemment de le laisser à sa mère pour sortir un moment. Cette dernière s’occupait alors de tout, y compris de la toilette intime de l’enfant. A certaines reprise, elle abuse de l’enfant en le tripotant dans le bain. L’enfant sent que cela n’est pas sain et se débat. Il panique. Dans l’eau, il prend la tasse et a peur d’étouffer. La grand-mère lui fait comprendre qu’il n’y a rien eu. Après tout elle aussi a subi des choses et a dû se taire. Il faudra 50 ans à l’enfant et des années de travail intensif sur lui avant de retrouver la mémoire de ces événements qui ont marqué sa vie d’une trace indélébile.

Ce sont juste trois histoires. Il y en a tant d’autres. Nombre d’entre elles sont encore bien plus horribles. Mais, même anonymisés, elles permettent d’être concret.

Dans le premier cas, est-ce que les habitants de ce village ont été les victimes de criminels de guerre de la pire espèce ou est-ce que ces derniers n’ont été que l’instrument d’une expérience que devaient vivre ces derniers? Au nom de quoi les soldats qui gardaient la frontière devaient faire l’expérience d’assister à un massacre et une mise à sac et vivre avec le reste de leur vie? Et toujours au nom de quoi est-ce que l’un des enfants de ces derniers devait faire l’expérience de vivre avec un stress post-traumatique transmis par son père?

Les autres parcours de vie, les crimes dont les personnes ont été victimes et les conséquences que ces derniers engendrent posent les mêmes questions.

Pour ma part, j’affirme qu’il n’y a aucune finalité derrière ces situations terribles. Personne ne nait dans le but d’être torturé. Les humains qui commettent ces actes sont responsables de ces derniers. Les êtres qui les subissent en sont les victimes. 

En plus de voir leurs vies bouleversées par les conséquences des traumatismes qu’elles ont subi, les victimes doivent faire face à des questions existentielles lourdes à porter. « Pourquoi moi ? » « Pourquoi les autres semblent vivre apparemment heureux à côté de moi et sans avoir subi la même chose ? » « Pourquoi ai-je survécu alors que d’autres sont morts ? » « Pourquoi est-ce que je dois en plus vivre avec les conséquences des traumatismes que j’ai subi, conséquences qui me rendent la vie extrêmement difficile ? »

Les personnes victimes de ce genre de situation peuvent légitimement ressentir un sentiment profond d’injustice et de révolte, maudire la Vie, la Divinité (quel que soit le nom qu’elles leur donnent) ou quelque autre absolu.

Aller de l’avant malgré tout, se libérer des entraves qu’elles portent malgré elles, va nécessiter un engagement très important et durable de leur part. Même si elles avancent, devoir sans cesse ramer et remettre l’ouvrage sur le métier peut renforcer leur sentiment d’injustice et de révolte. La révolte et la colère peut être un moteur qui les aide à avancer. Pour autant, il est essentiel qu’elles évitent de tomber « du côté obscur de la force », de s’enfermer dans la rancoeur et le ressentiment, ce qui n’est pas toujours simple.

Les années aidant, il vient un moment où elles se retrouvent et vivent mieux. Elles peuvent progressivement laisser la colère et la révolte s’en aller, fragment par fragment, et s’ouvrir à une autre manière de vivre. Ce faisant, elles auront fait l’expérience qu’elles sont capable du tour de force qui consiste à se libérer d’entraves auxquelles d’autres ne survivent pas. Même si elle s’éloignent, elle auront aussi fait l’expérience de la part de non sens radical que des êtres peuvent subir sur cette terre. Et elles ont pu s’en libérer et en sortir grandies.

Accueillir et goûter les fruits de son chemin

Lotus Flower photo taken at GSS College Garden( Belgaum, Karnataka , India),5 October 2006,Nivedita Patil, Wikimedia Commons
Lotus Flower photo taken at GSS College Garden( Belgaum, Karnataka , India),5 October 2006,Nivedita Patil, Wikimedia Commons

 

Pour de très nombreuses personnes, la vie est tout sauf un long fleuve tranquille. Trouver sa place, faire son chemin est souvent difficile et prend du temps. Les enfants doués doivent en plus faire face aux obstacles liés à leur différence qui sont à la mesure de leurs ressources.

Avec les décennies de nombreuses personnes finissent heureusement par faire leur chemin, par se libérer de leurs entraves et de leurs traumatismes, et par trouver une place au moins acceptable pour elles. Il est alors nécessaire et légitime d’accueillir et de goûter les fruits de son propre chemin. Cela n’est pas toujours simple pour des personnes qui doivent lutter et investir énormément d’énergie pour arriver justement à se tracer un chemin dans une jungle d’obstacles et d’entraves. A force d’être perpétuellement dans la lutte, il est facile de minimiser ce qu’on a déjà atteint et de négliger d’en goûter consciemment les fruits. Et les enfants doués aimeraient pouvoir en faire tellement plus que, quoi q’ils aient réussi, ils ont toutes les chances de « ne se sentir ‘que‘ là sur leur chemin »…

Certaines étapes sont plus marquantes que d’autres et elles méritent encore plus d’être appréciées. Avec le temps, au fur et à mesure que la personne trouve sa place et se situe moins dans une dynamique de lutte permanente, cela devient aussi plus facile.

Arriver à nouer une relation amoureuse durable, saine, respectueuse, féconde (pour l’un-e et pour l’autre) et de qualité avec un-e partenaire est certainement l’une d’entre elles.

Arriver à trouver une place qui soit satisfaisante et qui corresponde à notre besoin de sens dans une société humaine qui reste ce qu’elle est avec ses absurdités, ses injustices et ses horreurs en est une autre.

De même, arriver à trouver un équilibre professionnel satisfaisant dans un environnement qui est devenu très difficile pour tout le monde en est encore une autre.

Avoir fait assez de chemin, être devenu-e assez vivant-e pour pouvoir se libérer progressivement du plus gros des traumatismes qui nous ont entravé pendant des décennies et pouvoir « laisser partir » les auteurs de ces traumas est aussi une étape essentielle.

Avoir pu mettre des mots sur sa propre dimension spirituelle, avoir pu trouver comment en prendre soin et la laisser grandir est une autre expérience très précieuse, digne d’être accueillie et célébrée.

Avoir trouvé un équilibre entre le soin des autres et celui de soi (que les enfants doués ont tellement tendances à négliger) est également précieux.

Avoir trouvé comment satisfaire sa soif de beauté et nourrir son expression créative est un autre point important qui contribue à l’équilibre, à la qualité et au sens de la vie des enfants doués.

Avoir continué son chemin et continué de grandir au point de pouvoir se vivre en confiance profonde avec soi-même, en paix avec soi-même et avec la société qui nous entoure (qui, une fois encore, reste ce qu’elle est) est aussi une étape très marquante.

Nombre de jeunes enfants doués et d’ados surefficients sont très inquiets face à leur avenir. Ils et elles apréhendent ce que l’avenir leur réserve, quelle place ils vont bien pouvoir trouver dans ce monde étrange et incompréhensible qui les entoure. Ils sont d’autant plus inquiets que ce qui se passera dans trois mois, c’est déjà très loin. Alors un chemin qui prend des années, voire des décennies, c’est désespérant!

Malgré tout, savoir que d’autres arrivent avec le temps à faire leur chemin, c’est infiniment mieux que rien et cela peut aider certains d’entre eux à trouver l’énergie nécessaire pour faire, un pas après l’autre, le chemin qui leur permettra progressivement de trouver eux aussi leur place dans cet univers étrange qu’on appelle la société humaine.

Survivre dans le monde professionnel, encore et toujours

Johannes Christiaan Schotel, Storm on the sea, oil on canvas, cira 1825, Teylers Museum, Haarlem
Johannes Christiaan Schotel, Storm on the sea, oil on canvas, circa 1825, Teylers Museum, Haarlem

La majorité des personnes que je connais, celles qui travaillent dans le monde des entreprises, privées ou publiques, doivent faire face à un quotidien très difficile, stressant, usant, et abrasif. Qu’il s’agisse de mesures d’économie qu’on présente comme des initiatives destinées à être un plus pour toutes et tous (vive les mesures dites « d’intégration scolaire »!….), des restructurations, des coupures d’effectifs, des équipes aux effectifs déjà squelettique auxquelles on demande toujours plus, des bouleversements brutaux auxquels il faut faire face, etc., les exemples et les situation sont innombrables. Survivre durablement dans un tel univers est très difficile pour de nombreuses personnes.

Cela l’est encore plus quand nous sommes entouré-e-s de personnalités dites «difficiles», présentant de sérieux troubles de la personnalité (1). Quand on est un être particulièrement sensible, vulnérable à l’injustice, à l’absurde, à la bêtise, à l’aveuglement, c’est encore plus douloureux. Si ces situations réveillent des stress post-traumatiques et des situations d’abus, cela vient aux limites de l’ingérable, à moins d’être extrêmement solide, d’arriver à s’accrocher et de pouvoir se faire aider par quelqu’un de vraiment doué (et respectueux).

Je ne sais pas dans quelle mesure cela peut aider d’autres personnes, mais, dans mon humble expérience, certaines choses peuvent aider à rendre ce quotidien plus vivable. Elles tournent toutes autour de «mobiliser mes ressources au quotidien». Ca n’a rien de confortable. Tous les accrocs qui empêchent cette mobilisation (par exemple un repas de travail le midi qui me prive de ma pause et de mon espace de respiration) se paient. Même en manoeuvrant ma barque avec habileté, il est inévitable que je prenne plus ou moins régulièrement des vagues particulièrement puissantes qui me font boire la tasse. Et après, il faut récupérer. Mais, à condition de faire preuve de persévérance et de fidélité au quotidien, il me semble que cela aide à améliorer doucement la manière dont je vis ce quotidien.

Pour ma part, la méditation traditionnelle ne me sert à rien. Mon mental est bien trop puissant. Pour rentrer en contact avec mon corps, puis avec moi-même, j’ai besoin d’une activité physique comme la marche. Marcher en forêt ouvre mes sens, me fait me sentir en lien avec ce qui m’entoure et m’aide à m’ancrer en moi. Certains enregistrements de relaxation/visualisation peuvent aussi m’aider. Travailler très régulièrement mon processus intérieur, en mettant en mot mon ressenti et en le dessinant m’aide aussi beaucoup à m’ancrer, à revenir à moi-même, à accueillir vraiment ce que je ressens (qui sans cela peut être confus) et à sentir ce que je veux en faire. Je dois aussi être très attentive à ne pas passer mon temps libre n’importe comment, et ceci malgré la fatigue de mon quotidien. Je dois privilégier les activités créatives, celles qui m’aident à me centrer, qui me font toucher de belles choses et vivre de bons moments. Je dois encore faire attention à garder un équilibre qui donne sa place à la légèreté, à la liberté, l’insouciance, au jeu sans enjeu, à l’émerveillement, à la part d’enfance qui est en moi.

Il s’agit bien sûr de ce dont moi j’ai besoin. D’autres auront leurs propres outils qui leur seront adaptés.

Dans mon expérience, une chose qui rend cette pratique difficile à vivre concrètement, c’est ce qui réveille mes stress post-traumatiques et qui me ramène à un passé lointain et horriblement douloureux. C’est bien sûr mon histoire. Mais je constate que de nombreux enfants doués de mon entourage ont quelque chose de comparable dans leur propre parcours de vie. En ce qui me concerne, je n’ai pas trouvé d’autre solution que de prendre ces situations à bras le corps et de les travailler avec une personne qui a déjà fait ce chemin pour elle-même. Même avec les meilleurs outils (EMDR, somatic experiencing, et autres), c’est long. Un traumatisme peut en cacher un autre et je constate que je revisite de nombreux recoins de ma propre histoire dont j’avais oublié jusqu’à l’existence (c’est classique). Je constate aussi que plus j’avance dans ce travail, plus l’autre, celui au quotidien, porte ses fruits.

Avec le temps, je constate aussi que les fruits sont multiples. Je vis mieux (ou moins mal) ce quotidien professionnel toujours aussi difficile. J’ai plus de recul face aux turpitudes de cet univers. Je peux aussi choisir plus efficacement mes luttes, me poser en résistante quand je sens que c’est juste. Je peux mieux (ou, là encore, moins mal) vivre les situations où je sens nécessaire de m’opposer à ma hiérarchie pour des choses qui me semblent essentielles (et ceci quel que soit le résultat final de mes actes). Au moins, j’aurais fait ce que j’ai à faire. Quand je vois le poids de l’ombre qui s’abat actuellement sur le monde, il me semble que tous ces petits actes de résistance sont précieux.

(1) Christophe André, François Lelord, Comment gérer les personnalités difficiles, Odile Jacob, 1996

Traverser les épreuves malgré tout

Femme irakienne (kurde?) à l'entrainement.  Source: Wikimedia http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Female_iraqi_soldier_with_a_Kalashnikov.JPEG )
Femme irakienne (kurde?) à l’entrainement.
Source: Wikimedia http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Female_iraqi_soldier_with_a_Kalashnikov.JPEG )

 

Depuis quelques mois, nous voyons de nombreuses femmes prendre les armes dans une région du monde, le moyen orient, qui nous semblait plus connue pour son caractère patriarcal et pour sa violence que pour la place des femmes dans la vie publique. Visiblement, l’apparition d’un mouvement totalitaire de plus, connu pour les horreurs qu’il commet a été la goutte de trop. Il a convaincu ces nombreuses femmes de s’engager les armes à la main pour défendre leurs droits leur liberté et leur dignité.

Je ne suis pas sûre que la majorité d’entre elles se soit jamais imaginée dans un statut de soldat il y a même quelques années. Mais trop c’est trop. Et le rôle qu’elle jouent dans la défense de villes comme Kobané montrent qu’elles sont courageuses, déterminées et fort compétentes au point que l’une d’entre elles a pris la tête de la résistance locale aux fondamentalistes. Une fois la paix revenue, il faudra compter avec elles.

Même en Europe, elles surprennent. Ici aussi les stéréotypes et les vision essentialistes sont loin d’avoir disparu. Ces femmes nous prouvent qu’elles peuvent être des soldates de premier ordre et qu’elles ont la même capacité que les hommes à faire face aux situations les plus extrêmes.

Elles ne sont certainement pas épargnées par la violence des combats. Elles meurent, elles sont blessées, voire mutilées. Elles souffrent dans leur chair elles aussi. Elles aussi ont vu leurs proches massacrés. Elles ont certainement des hauts et des bas. Certaines sont plus résistantes que d’autres. Pourtant elles continuent la lutte et elles affrontent le poids effroyable de mort qui s’est abattu sur leur région. Ce faisant, elles nous rappellent que, d’être une guerrière ne signifie pas traverser de pareilles épreuves sans en être affectée et sans en souffrir, loin de là. Mais c’est avoir le courage et la détermination de les traverser malgré tout.

Pour cela, elles ont toute mon admiration et mon respect.

Habiter son corps …. ou pas

In the Body of the world, a memoir of cancer and connection, Picador Books, 2014
In the Body of the world, a memoir of cancer and connection, Picador Books, 2014

La manière dont nous sommes, ou non, lié-e-s à notre corps, et incarné-e-s revêt une très grande importance pour la manière dont nous vivons nos vies. Comme d’habitude, la variété des parcours est immense.

Il est des personnes pour qui il est particulièrement difficile de se vivre en lien avec leur corps. Je pense en particulier aux personnes ayant été abusées, aux personnes atteintes dans leur chair par des maladies comme le cancer ou défigurées par un accident ou par la guerre, à nombre de personnes trans, et à bien d’autres encore. Pour ces personnes, réaliser une cohabitation à peu près paisible avec leur propre corps peut être le chemin de tout une vie (et demander d’importants travaux de réparation ou d’aménagement). Leur manière d’être au monde, d’aborder la vie et les relations humaines, de percevoir le monde, de s’exprimer etc. en est profondément marquée.

En 2013, Eve Ensler, l’auteure des Monologues du vagin, a publié son propre témoignage. Dans ce livre magnifiquement écrit, elle tisse ensemble les abus qu’elle a subi, les témoignages qu’elle a reçu d’innombrables femmes, le travail qu’elle fait au Congo avec les femmes victimes des atrocités de la guerre, son propre cancer, sa quête de sens (ou d’absence de sens) de sa maladie, la manière dont tout cela résonne en elle alors que tous les pans de sa vie se font écho à l’occasion dans cette épreuve.

Son écriture est très intense, à la hauteur de son immense sensibilité. Elle est tissée d’une manière telle que je ne peux lire que quelques chapitres à la fois, avant de devoir prendre une pause pour digérer. En la lisant, j’entends le coeur et l’âme d’une autre enfant (sur-)douée qui s’exprime avec toute la puissance de sa sensibilité et de sa créativité. Je suis non seulement “sonnée” (par son vécu et la manière dont elle le ressent), mais aussi émerveillée par sa puissance d’expression.

Il me semble que cet ouvrage pourra parler à de nombreuses personnes pour qui habiter son corps ne va pas de soi. Je ne peux aussi que vous encourager à lire le texte originel pour pouvoir goûter toute la saveur de l’écriture d’Eve Ensler. Mais il existe une édition française pour les personnes pour qui cela ne serait vraiment pas possible (chez 10/18).

Les Dupont Lajoie de la mysogynie

 

Femme défendant le "Passage Corvin" à Budapest durant les événements de 1956
Femme défendant le « Passage Corvin » à Budapest durant les événements de 1956

Internet et les réseaux sociaux permettent de communiquer rapidement sur de nombreuses thématiques, mais ils permettent aussi de les rendre visibles. Et, quand cela dérange, les réactions ne se font pas attendre.

Cela fait des décennies que les féministes et les sociologues parles des difficultés vécues par les femmes dans les espaces publics. Elles ont été mises particulièrement en lumière ces derniers temps par différentes initiatives.

Tout récemment, la presse s’est fait l’écho de l’imitative de l’ONG Hollaback qui lutte contre le harcèlement de rue. Cette dernière a filmé le vécu d’une femme vêtue tout de noir qui a marché sans discontinuer pendant plus de 10 heures dans les rues de New York (http://www.youtube.com/watch?v=b1XGPvbWn0A ). Cette opération a montré que, durant ces dix heures, la personne filmée a subi 100 actes de harcèlement verbal, sans compter tous les autres (non verbaux). La vidéo résultant de cette opération a été vue plus de 15’000’000 de fois durant les trois premiers jours, avec de nombreuses réactions positives de personnes soit indignées, soit subissant les actes. Mais la personne filmée a aussi reçu des menaces de viol et de meurtre!

Et le moins que l’on puisse dire est que ces menaces n’ont pas produit une condamnation unanime des médias ou des internautes. C’est ainsi que sur sa page de garde, Hollaback précise que « Other coverage, however, shows that sexism still shapes culture in a way that harms women. When journalists on major news networks reinforce, support, and normalize street harassment they minimize the violence and fear that women experience on the street. – See more at: http://www.ihollaback.org/#sthash.eETeLhwb.dpuf  »

Cette situation n’est ni exceptionnelle, ni nouvelle. Le film que Sofie Peeters avait publié en 2012 (http://www.youtube.com/watch?v=iLOi1W9X6z4 ) a suscité exactement les mêmes réactions. Certains hommes ont tout utilisé pour tenter de décrédibiliser ce qu’elle mettait en lumière, et, là encore avec la complicité passive ou active de certains médias.

Il y a quelques mois, Anita Sarkeessian (https://twitter.com/femfreq ) a dénoncé le sexisme des jeux vidéos via trois films sur youtube (https://www.youtube.com/watch?v=4ZPSrwedvsg, https://www.youtube.com/watch?v=5i_RPr9DwMA, https://www.youtube.com/watch?v=LjImnqH_KwM). Elle a subi une réaction d’une extrême violence. Des groupes d’hommes déterminés à empêcher toute expression publique de sa part ont piraté ses comptes, tout message de sa part engendrait un torrent de réactions extrêmement violentes. Non seulement certains l’ont menacée de viol et de meurtre, mais ils sont allés jusqu’à publier son adresse physique, son numéro de téléphone, etc. Afin de se protéger, elle a du se réfugier chez des amis, puis déménager.

Alors même qu’il s’agit d’actes qui tombent sous le coup de la loi, le moins que l’on puisse dire est que la communauté des joueurs, essentiellement masculine, a été très loin de défendre Mme Sarkeesian, tout comme, une fois de plus, les médias. Les quelques personnes qui s’y sont risquées ont à leur tour été victimes de réactions tout aussi violentes (voir, par exemple http://business.financialpost.com/2014/08/28/sexism-misogyny-and-online-attacks-its-a-horrible-time-to-consider-yourself-a-gamer/?__lsa=657f-ea99).

Le temps n’a pas aidé. Il y a des alertes à la bombe, voire des menaces de massacre à chaque présentation publique de Mme Sarkeesian (http://www.nytimes.com/2014/10/16/technology/gamergate-women-video-game-threats-anita-sarkeesian.html?_r=1). L’industrie des jeux vidéos, essentiellement masculine, est plus que molle dans sa dénonciation d’actes aussi graves, sans même parler de promouvoir la place des femmes dans les jeux vidéos eux-mêmes.

Alors que certains affirment qu’il n’y aurait plus de raison de lutter puisque l’égalité entre hommes et femmes en occident serait acquise, ces quelques exemples illustrent à quel point il n’en n’est rien! La place des femmes dans tous les espaces publics reste un sujet de haute lutte. C’en est au point que des personnages très en vue, comme le biologiste Richard Dawkins se permet d’attaquer, de stigmatiser et de ridiculiser publiquement les femmes qui dénoncent les actes de harcèlement dont elles sont victimes dans l’espace public (http://www.slate.com/articles/double_x/doublex/2012/10/sexism_in_the_skeptic_community_i_spoke_out_then_came_the_rape_threats.html).

C’est aussi très frappant de voir que, comme à l’époque de la sortie du film « Dupont Lajoie », les dénonciations de ces actes, mêmes preuves à l’appui génèrent un torrent de haine et de violence à l’encontre des victimes, plutôt qu’à celui des harceleurs qui les ont perpétré.

Non seulement les femmes doivent encore guerroyer (et il s’agit vraiment de cela) pour affirmer et faire respecter leur droit à l’espace public, mais elles doivent guerroyer encore et toujours pour faire respecter leur dignité la plus élémentaire.

 

Etre une guerrière cabossée

Divine Physician An Daoquan (安道全), surgeon, operating on female warrior Gu Dasao (顾大嫂).By Utagawa Kuniyoshi [Public domain], via Wikimedia Commons
Divine Physician An Daoquan (安道全), surgeon, operating on female warrior Gu Dasao (顾大嫂).By Utagawa Kuniyoshi [Public domain], via Wikimedia Commons

De nombreuses femmes ont du traverser une telle quantité d’épreuves traumatiques au cours de leur vie, que le seul fait d’avoir pu y arriver fait d’elles de solides guerrières. De plus, en tout cas dans mon entourage, elles se reconnaissent dans ce terme.

Mais ces épreuves ont inévitablement laissé des traces en elles, parfois jusque dans leur corps. Tant que les plaies ne sont pas guéries (pour certaines d’entre elles c’est l’oeuvre d’une vie), elles restent sensibles. Elles nous rendent particulièrement vulnérables et nous devons apprendre à vivre et composer avec, au moins le temps nécessaire pour aider à les faire guérir.

Se retrouver seule à devoir éduquer des enfants, et avec un revenu très limité, soit faute de qualifications professionnelles soit parce que la prise en charge des enfants rend impossible un travail à plein temps est un facteur de stress majeur, qui dure de nombreuses années et qui rend très difficile la vie de nombreuses femmes.

Les mémoire traumatiques qui résultent des abus subis dans l’enfance sont encore bien plus lourds à porter. Un stress post-traumatique ne s’apaise pas avec le temps. Toute situation qui rappelle de loin où de près les abus subis dans l’enfance les réveillent dans toute leur puissance. Ceci peut rendre la vie extrêmement difficile et pousse les victimes à « réduire leur vie » pour éviter toute situation de cet ordre. Si on ne peut pas faire l’économie du travail nécessaire pour se libérer de ses stress post-traumatiques, on doit faire extrêmement attention à ce que ce travail ne les ravive et ne les renforce pas (*) ….

A moins qu’il ne s’agisse d’accident, les traumatismes subis dans l’enfance ont été infligés dans le cadre d’une relation perverse avec un proche. Cette forme de relation est utilisée par l’adulte maltraitant pour faire croire à l’enfant victime que c’est lui qui est responsable, même coupable, de la situation qu’il aurait largement mérité. Les enfants victimes de ce genre de torture grandissent avec une image très noire d’eux-mêmes, ils n’ont pas de sécurité intérieure, ils se sentent extrêmement vulnérables et n’ont aucune conscience de leur propre part de puissance. Trouver puis intégrer cette conscience est un long travail.

Les femmes qui sont aussi des enfants douées doivent également faire avec leur immense sensibilité et leur clairvoyance. Loin d’être un avantage, il leur faut faire face à l’incompréhension et au rejet des autres qui n’ont pas la même sensibilité. Il faut vivre avec l’impuissance et la douleur issues de l’impossibilité de changer des choses, pourtant évidentes pour nous-mêmes, mais que ceux qui nous entourent ne voient pas.

Certaines d’entre elles vivent en plus avec d’autres formes de différences. Qu’elles soient homosexuelles, trans, extrêmement grandes, migrantes, etc. Il leur faut en plus intégrer, accueillir, assumer puis affirmer ces formes de différence qui sont souvent une autre cause de rejet.

Ca finit inévitablement par faire beaucoup pour une seule personne!

Dans mon humble expérience, trouver son chemin dans le dédale qui résulte de tout cela exige un immense engagement, une très grande détermination, beaucoup de courage, et tout cela dans la durée. Il est indispensable de chercher son chemin de tout son coeur, de toute son âme et avec toute son énergie. C’est aussi indispensable de pouvoir rencontrer les bonnes personnes aux moments clefs, qui, d’une manière où d’une autre vont pouvoir nous aider comme nous en avons besoin dans ces moments là. Qu’est-ce qui fait que certaines personnes y arrivent et d’autres non est, pour moi, un mystère.

Se prendre en main par soi-même et au quotidien est évidemment tout aussi indispensable.  En ce qui me concerne, observer ce que je vis, prendre le temps de mettre en mot mon ressenti a été vital. Prendre grand soin de mes amies et de mes relations l’a été tout autant. Trouver des groupes source de vie, de rencontres, de joie et de bonheur a aussi été très précieux. Dans mon cas, cela a été la Biodanza (**). Trouver le moyen de me libérer de ce qui m’empoisonne au quotidien (entre autre tout ce qui suscite des ressentiments dans le cadre de ma vie professionnelle), de me recentrer, de retrouver ma respiration, ma conscience à moi-même et à mon corps a aussi été important et cela a pris très longtemps. Pour moi, la marche lente en pleine nature, le contact avec la forêt et les arbres est efficace (alors que je n’ai jamais accroché à des outils comme la pleine conscience).

Ce serait présomptueux de ma part que d’affirmer que tous ces moyens rendent la vie radieuse et facile. Mais ils contribuent en tout cas à rendre la mienne vivable, à trouver une certaine paix, à me permettre de goûter tous les bons moments que j’y trouve (ils sont nombreux) et à faire face aux situations difficiles en étant moins affectée par ces dernières.

Mais c’est peut-être aussi cela, être une guerrière.

(*) Voir Peter A. Levine, In an Unspoken Voice: How the Body Releases Trauma and Restores Goodness, North Atlantic Books, 2010

(**) Voir, par exemple, www.biodanza.ch

"Hangakujo". The female warrior samurai Hangaku Gozen by Yoshitoshi (1839-1892). From the series "Yoshitoshi mushaburui: A series of warriors by Yoshitoshi." Published in "The Floating world of Ukiyo-e," essays by Sandy Kita, New York, 2001, no. 72, p. 135. Exhibited at "The Floating world of Ukiyo-e: shadows, dreams and substances," organized by the Library of Congress, 2001. Colour woodcut print, 37 x 25.3 cm.Tsukioka Yoshitoshi [Public domain], via Wikimedia Commons
« Hangakujo ». The female warrior samurai Hangaku Gozen by Yoshitoshi (1839-1892). From the series « Yoshitoshi mushaburui: A series of warriors by Yoshitoshi. » Published in « The Floating world of Ukiyo-e, » essays by Sandy Kita, New York, 2001, no. 72, p. 135. Exhibited at « The Floating world of Ukiyo-e: shadows, dreams and substances, » organized by the Library of Congress, 2001. Colour woodcut print, 37 x 25.3 cm.Tsukioka Yoshitoshi [Public domain], via Wikimedia Commons