Archives du mot-clé souffrance au travail

Souffrance au travail, l’éléphant dans la pièce

Affiche "we can do it" de 1943
We Can Do It! de J. Howard Miller, 1943. Source: Wikipedia et Wikimedia

En plus du chômage, très important dans nombre de pays, une proportion importante des personnes qui ont un emploi en souffrent fortement, au point d’avoir besoin de médication, de vivre des burnout (« bore out », « brown out », etc.) à répétition et de voir leur vie fortement entravée sans pour autant trouver de piste de sortie.

La situation est documentée par certains acteurs, en particulier les sociologues et les psychologues du travail. Les faits sont clairs et le problème va croissant. Les médias en parlent de temps à autre. Mais rien ne change. En fait, les acteurs politiques et économiques nient jusqu’à l’existence du problème, nient l’existence d’une crise très importante même dans les pays qui vivent un chômage plus réduit qu’ailleurs et osent affirmer que si des personnes ont des difficultés, cela est dû à des difficultés et des faiblesses personnelles. Ce faisant, ils confirment les mécanismes de maltraitance et d’écrasement des personnes mis en lumière par les personnes mentionnées précédemment.

Autant ce problème est majeur pour un nombre croissant de professions, de personnes travaillant dans des entreprises et des institutions publiques, autant même les syndicats ne semblent pas s’être emparés de cette problématique et de lui avoir accordé l’importance qu’elle mérite. Le fait qu’elle touche particulièrement le monde des services et des institutions publiques, univers souvent moins syndiqués que d’autres domaines professionnels peut expliquer une partie de ce manque de prise en charge. Mais cela ne l’explique qu’en partie et cela ne résout rien.

Nombre de personnes s’efforcent de tirer leurpropre épingle du jeu. Certaines peuvent avoir assez d’astuce, de relations ou de chance pour réussir. Le sort des autres est nettement moins évident. En ce qui me concerne, même si je salue le fait qu’un certain nombre de personnes arrivent à s’en sortir et à trouver une situation plus satisfaisante pour elles, il me semble que, ce faisant, elles confirment le succès d’un des mécanismes d’oppression qui est mis en jeu, qui consiste à isoler les personnes les unes des autres et à faire croire que les problèmes qu’elles rencontrent sont des problèmes personnels, pas la résultante d’une volonté et de mécanismes d’oppression imposés à des centaines de millions de personnes.

Je crains que la situation ne changera pas tant que les personnes qui vivent ce genre de souffrance et la grande masse des personnes travaillant dans le monde des services ne se syndicaliseront pas massivement, quitte à créer de nouvelles institutions au passage si c’est nécessaire, et tant qu’elles ne s’uniront pas pour imposer cette problématique et exiger une humanisation de leurs activités professionnelles.

Comme modeste contribution à cette lutte qui doit encore être menée, voici des éléments de documentation que j’ai trouvé dans mes propres recherches, et qui pourront servir à d’autres. Les références qui figurent ci-dessous documentent le caractère de « mal de société » que représente aujourd’hui la souffrance au travail, ainsi que les mécanismes d’oppression qui sont à l’œuvre.

 

Vincent de Gaulejac 

  • Travail, les raisons de la colère, Points, 2015 (pour l’édition de poche)
  • Le capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Le Seuil, 2015
  • La société malade de la gestion : Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Points, 2009 (pour l’édition de poche)
  • Manifeste pour sortir du mal-être au travail, Desclée de Brouwer, 2012
  • La lutte des places, Desclée de Brouwer, 2014 (pour l’édition actuelle)
  • Vidéos online : https://www.youtube.com/results?search_query=Vincent+de+Gaulejac

 

Christophe Dejours

  • Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Points, 2014 (pour l’édition de poche)
  • TRAVAIL, USURE MENTALE, Bayard, 2015 (pour l’édition actuelle)
  • L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel : Critique des fondements de l’évaluation, Inra, 2003
  • Vidéos online : https://www.youtube.com/results?search_query=Christophe+Dejours

 

Isabelle Méténier

 

Christelle Mazza

  • Harcèlement moral et souffrance au travail dans le service public : Spécificités du service public, Prévenir le risque psychosocial, Réparer et combattre le harcèlement moral, Analyse de cas pratiques, Puits Fleuri, 2014
  • Vidéos online : https://www.youtube.com/results?search_query=Christelle+Mazza

 

Marie Pezé 

 

Publications accessibles online

  

Articles de presse :

Quelle insertion dans le monde professionnel quand on est un être sensible?

Panneau de signalisation, à la croisée du chemin des Laines et du chemin de la Liquière à Ournèze, Daniel Villafruella, Wikimedia Commons
Panneau de signalisation, à la croisée du chemin des Laines et du chemin de la Liquière à Ournèze, Daniel Villafruella, Wikimedia Commons

Faire des études peut être enthousiasmant et de nombreux jeunes, quand ils s’apprêtent à entrer dans le monde du travail ont l’espoir de pouvoir apporter quelque chose. La suite ne leur donne pas toujours raison. C’est difficile de garder espoir quand on se retrouve un petit numéro parmi d’autres et quand on est témoin de relations humaines dans lesquelles le respect mutuel, l’écoute, laisser la personne développer son potentiel sont vu comme des extraterrestres. Quant on est un être particulièrement sensible, c’est l’assurance d’en prendre plein la figure. Christel Petitcollin mentionne que les personnes hyperefficientes «doivent avoir une gestion du stress de premier ordre» (*). Mais cela peut ne pas suffire ou ne pas marcher.

En regardant mon propre parcours de vie à la lumière de celui de personnes de mon entourage, je vois plusieurs manières de faire face à cette situation. Mais je ne suis pas sûre que l’une soit préférable à l’autre.

Une possibilité est d’avoir un job «normal» (ne me demandez pas ce que cela signifie) qui apporte une sécurité matérielle et financière. Si cela permet d’éviter certaines galères (celles qui sont liées au manque d’argent), c’est aussi la quasi assurance d’en prendre plein la figure jour après jour dans un univers professionnel non respectueux. Arriver à digérer et à maintenir son équilibre dans un univers aussi toxique devient une épreuve de chaque jour et consomme une énergie énorme. C’est vrai qu’à l’occasion, on peut avoir quelques actions dans lesquelles nous nous sentons avoir un sens. Mais est-ce que le prix payé en vaut la peine ?

Un autre parcours possible est de prendre un chemin d’indépendant-e, de faire ce qui nous intéresse, d’essayer d’en vivre ou de compléter l’ordinaire par des travaux alimentaires. Les personnes que je connais qui ont entrepris ce parcours ont évité de subir le monde de l’entreprise, son inhumanité et sa perversité. Par contre, elles sont dans une sérieuse insécurité matérielle, ce qui limite leur capacité de créer qu’elle voulaient privilégier. Est-ce que cela en vaut la peine ? Est-ce vraiment mieux?

Il est des personnes pour qui le monde du travail actuel est proprement insupportable. Elles se retrouvent régulièrement sans emploi et c’est très difficile pour elle d’en garder un plus de quelques mois. Les périodes sans emploi les protègent de ce qui leur est insupportable, mais leur insécurité matérielle est encore plus grande.

Christel Petitcollin parle des professions libérales comme d’une piste de choix pour les surefficient-e-s mentaux. Je n’en connais pas qui aient suivi ce chemin. Mais il est vrai que cela peut marcher.

Ce qui me touche et me révolte est que la difficulté des personnes douées à trouver une place dans le monde professionnel est un drame pour tout le monde. C’en est un pour elles, qui aspirent tellement à pouvoir se donner et qui se trouvent rejetées, parfois très violemment, justement en raison de leurs dons et de leurs capacités. C’en est un pour la société qui se prive d’un capital d’innovation, de changement, de modération, d’apaisement qui est très précieux.

(*) Je pense trop, comment canaliser ce mental envahissant, Christel Petitcollin, 2010, Guy Trédaniel