Habiter son corps …. ou pas

In the Body of the world, a memoir of cancer and connection, Picador Books, 2014
In the Body of the world, a memoir of cancer and connection, Picador Books, 2014

La manière dont nous sommes, ou non, lié-e-s à notre corps, et incarné-e-s revêt une très grande importance pour la manière dont nous vivons nos vies. Comme d’habitude, la variété des parcours est immense.

Il est des personnes pour qui il est particulièrement difficile de se vivre en lien avec leur corps. Je pense en particulier aux personnes ayant été abusées, aux personnes atteintes dans leur chair par des maladies comme le cancer ou défigurées par un accident ou par la guerre, à nombre de personnes trans, et à bien d’autres encore. Pour ces personnes, réaliser une cohabitation à peu près paisible avec leur propre corps peut être le chemin de tout une vie (et demander d’importants travaux de réparation ou d’aménagement). Leur manière d’être au monde, d’aborder la vie et les relations humaines, de percevoir le monde, de s’exprimer etc. en est profondément marquée.

En 2013, Eve Ensler, l’auteure des Monologues du vagin, a publié son propre témoignage. Dans ce livre magnifiquement écrit, elle tisse ensemble les abus qu’elle a subi, les témoignages qu’elle a reçu d’innombrables femmes, le travail qu’elle fait au Congo avec les femmes victimes des atrocités de la guerre, son propre cancer, sa quête de sens (ou d’absence de sens) de sa maladie, la manière dont tout cela résonne en elle alors que tous les pans de sa vie se font écho à l’occasion dans cette épreuve.

Son écriture est très intense, à la hauteur de son immense sensibilité. Elle est tissée d’une manière telle que je ne peux lire que quelques chapitres à la fois, avant de devoir prendre une pause pour digérer. En la lisant, j’entends le coeur et l’âme d’une autre enfant (sur-)douée qui s’exprime avec toute la puissance de sa sensibilité et de sa créativité. Je suis non seulement “sonnée” (par son vécu et la manière dont elle le ressent), mais aussi émerveillée par sa puissance d’expression.

Il me semble que cet ouvrage pourra parler à de nombreuses personnes pour qui habiter son corps ne va pas de soi. Je ne peux aussi que vous encourager à lire le texte originel pour pouvoir goûter toute la saveur de l’écriture d’Eve Ensler. Mais il existe une édition française pour les personnes pour qui cela ne serait vraiment pas possible (chez 10/18).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s