Archives pour la catégorie Une part de beauté

Vous reprendrez bien un peu de dessin?

Hokusai. Le fou de dessin Nouvelle édition 2014 Henri-Alexis Baatsch Editions Hazan, 2014 Collection : Beaux Arts
Hokusai. Le fou de dessin Nouvelle édition 2014
Henri-Alexis Baatsch
Editions Hazan, 2014
Collection : Beaux Arts

Le dessin est un art qui m’a toujours émerveillée. Sans éducation artistique, je ressens les dessins avec mon intuition, mon regard et mon corps. Je suis fascinée par le papier et l’effet qu’un-e artiste peut y créer avec parfois juste quelques traits au fusain, à la sanguine ou à l’encre de chine. D’aucuns considèrent cet art comme «mineur» par rapport à d’autres, pas moi. Je cherche et je cultive les livres de dessin ou les livres illustrés par un dessinateur.

Je ne peux surtout pas prétendre connaître la culture japonaise, mais les créations de certains de leurs artistes me touchent tout particulièrement. Non seulement je les ressens comme spécialement vivantes et sensibles, mais elles me paraissent beaucoup plus proches en tout cas dans leur style, malgré l’éloignement dans le temps et dans l’espace des cultures de leurs créateurs.

Je suis récemment tombée sur cet ouvrage traitant de Hokusaï et de son oeuvre. De par son format, son épaisseur et son poids il est facile à prendre en main. De par la texture soyeuse de sa couverture, il est agréable à manipuler. De par sa fermeture à rubans, et son recours au papier double asiatique, je le trouve très agréable à manipuler, à feuilleter, à parcourir. Et puis, il y a …. les dessins ! Les centaines de dessins, les couleurs, les personnages, les multiples esquisses, les portraits, les illustrations, les estampes, tout le foisonnement de ses œuvre ! Quelle créativité ! Quelle fidélité à son art durant toute sa vie ! Quelle beauté !

Je ne peux que recommander à tous les enfants doués en quête d’art dans leur vie de s’y perdre un moment … aussi long qu’il leur plaira ! Ce sera un moment de qualité et d’émerveillement.

Besoin de créer

 

Quête de sens et créativité, Anne-Marie Jobin, 2006, Editions du Roseau, Montréal
Quête de sens et créativité, Anne-Marie Jobin, 2006, Editions du Roseau, Montréal

Comme de très nombreuses personnes, j’ai un très fort besoin d’activités créatives. Je ne parle pas d’égo ou de quoi que ce soit de ce genre. Je parle de mon besoin existentiel et essentiel de créer. J’ai aussi la conviction qu’il est présent dans le coeur de chaque être humain, qu’il est tout aussi vital que le besoin de manger, de respirer, d’être en sécurité, d’être en relation avec les autres, avec le vivant, avec la Terre Mère et avec une forme de “tout proche et en même temps infiniment plus grand que soi”.

Dans mon quotidien, j’ai beaucoup de mal à ménager l’espace, le temps et l’énergie nécessaire pour pouvoir créer comme j’en ai besoin. Travailler dans une maison de fous me consomme une énergie colossale rien que pour pouvoir faire face et tenir. Je me rends aussi compte que je suis face à d’autres obstacles, comme ma tendance à procrastiner et à perdre mon temps sur internet, plutôt que de mettre à profit le peu de temps de qualité dont je dispose. La peur du regard de l’autre, la peur de l’échec sont pour moi de gros obstacles.

Au hasard de mes recherches, j’ai trouvé quelques ressources qui me sont précieuses. Il s’agit des ouvrages écrits par Anne Marie-Jobin. Elle propose de nombreux outils pour aider à débloquer et prendre soin de son expression créative, et in fine pour transformer sa vie. Ce ne sont pas des outils miracles (ce qui ne les rend que plus crédibles), mais ils sont nombreux, variés, aidants et fort plaisants. Ils me semblent aussi très respectueux des personnes, de la diversité de nos vie et des rythmes réels de l’existence humaine (par opposition à ceux que nous imposent la société). D’autres y trouveront peut-être des pistes pour eux-mêmes. C’est pourquoi je vous les partage.

Le site d’Anne-Marie Jobin: http://journalcreatif.com

Anne-Marie Jobin, Créez la vie qui vous ressemble, 2013, Editions Le Jour Montréal (version complètement revue de “Ma vie faite à la main”)

Anne-marie Jobin, la Vie Faite à La Main – quête de sens et créativité, 2006, Editions du Roseau, Montréal

Anne-Marie Jobin, le nouveau journal créatif – à la rencontre de soir par l’écriture le dessin et le collage, 2010, Le Jour Montréal

Anne-Marie Jobin, Fantaisies et gribouillis, 85 activités créatives pour tous, 2008, Editions du Roseau, Montréal

I have a dream

Non, je ne me prends pas pour Martin Luther King!

Mais j’ai moi aussi un rêve.

By Elkwiki (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons
By Elkwiki (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)%5D, via Wikimedia Commons
Mon rêve, c’est qu’il y ait, près de chez moi, une forêt primaire de 50’000 kilomètres carrés et d’un seul tenant! Vierge de toute route, elle ne serait parcourue que de quelques pistes en terre. Sanctuaire pour la flore et la faune, les humains qui s’y aventureraient le feraient à leur propre risque (tout en ayant le droit de se défendre, mais uniquement en cas de nécessité absolue et en toute dernière extrémité).

C’est un rêve bizarre? Mais c’est le mien. Et le pire est que je suis intimement convaincue que sa réalisation serait largement aussi précieuse pour l’humanité que pour la faune et la flore.

Il est des lieux de la nature dans lesquels on entre comme dans une cathédrale. Cette forêt serait l’un d’entre eux. Elle serait un lieu de rayonnement, de ressourcement, d’ancrage, de quête d’appartenance et de de quête de vision comme nombre d’autres lieux sacrés.

50’000 kilomètres carrés, c’est grand. Inutile de dire que la constitution progressive d’un tel espace ne peut que susciter des résistances et des oppositions très fortes. Mais il faut une telle taille, et d’un seul tenant, pour que la vie sauvage puisse vraiment se développer, se maintenir puis se répandre.

En Europe, il ne reste plus que quelques minuscules fragments de la forêt primaire qui a jadis recouvert le continent. Il faut réparer les dégâts que nous avons fait. Ou plutôt, il faut surtout laisser la nature le faire et la protéger de toutes les interférences des humains! Et cela ne sera pas une mince affaire.

Permettre à une forêt primaire de renaître est une oeuvre de longue haleine. Peut-être un demi-millénaire, voire plus encore. C’est à l’extrême inverse de la frénésie des ruches humaines. Comment créer une organisation qui puisse agir à un aussi long terme, en évitant les dérives de toutes les organisations humaines, qui puisse s’adapter à l’évolution des sociétés dans une telle durée et qui réussissent en plus à échapper aux griffes des narcissiques, sociopathes et autre pervers qui ont une diabolique capacité à acquérir et à conserver le pouvoir dans nos sociétés? Je n’en n’ai aucune idée.

Mais c’est mon rêve. Il m’est précieux. J’ai l’audace de croire qu’il est précieux pour bien plus large que moi. Alors je le pose ici, comme une lettre ouverte à l’Univers tout entier. On verra bien ce qui en sortira.

Pour tous les êtres sur qui il m’est donné de veiller, à quelque titre que ce soit.

 

A pale blue dot

En français, « un tout petit point bleu pâle ». Cela fait bien des années que je connais cette photo, qui m’est revenue à l’esprit tout récemment:

"Pale Blue Dot unaltered". Licensed under Public domain via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pale_Blue_Dot_unaltered.jpg#mediaviewer/File:Pale_Blue_Dot_unaltered.jpg
« Pale Blue Dot unaltered ». Licensed under Public domain via Wikimedia Commons –

Est-ce que vous voyez ce que c’est?

Peut-être qu’elle est prise de trop loin. Est-ce que c’est mieux si on se rapproche un peu (en fait vraiment beaucoup) et si on rajoute un avant-plan?

"NASA-Apollo8-Dec24-Earthrise" by NASA / Bill Anders - http://www.hq.nasa.gov/office/pao/History/alsj/a410/AS8-14-2383HR.jpg. Licensed under Public domain via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:NASA-Apollo8-Dec24-Earthrise.jpg#mediaviewer/File:NASA-Apollo8-Dec24-Earthrise.jpg
« NASA-Apollo8-Dec24-Earthrise » by NASA / Bill Anders –

C’est plus explicite comme cela! On peut d’ailleurs se rapprocher encore plus, si on veut:

"The Earth seen from Apollo 17" by NASA/Apollo 17 crew; taken by either Harrison Schmitt or Ron Evans - http://www.nasa.gov/images/content/115334main_image_feature_329_ys_full.jpgAlt: http://grin.hq.nasa.gov/ABSTRACTS/GPN-2000-001138.html (direct link). Licensed under Public domain via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_Earth_seen_from_Apollo_17.jpg#mediaviewer/File:The_Earth_seen_from_Apollo_17.jpg
« The Earth seen from Apollo 17 » by NASA/Apollo 17 crew; taken by either Harrison Schmitt or Ron Evans –

Un joyaux qui resplendit de tous ses feux!

La toute première photo a été réalisée en 1990, par la sonde Voyager 1. Elle avait alors dépassé l’orbite de saturne et on lui a demandé de faire un portrait de famille des planètes de notre système solaire. Sur les 60 photos alors réalisées par la sonde, la terre ne couvre qu’un fragment d’un seul pixel de l’une de ces photos. Tout le reste de cette même photo, c’est le noir de l’espace, un noir si profond et absolu qu’aucune encre, aucun pigment, aucun écran d’ordinateur ne peut le représenter fidèlement.

Accessoirement, cette photo a été le sujet d’un livre célèbre de Carl Sagan.

Face à cette photo, certaines personnes y voient un signe de l’insignifiance de nos existences. Cela n’est pas mon cas. Pour moi, elle est d’abord un signe de fragilité et d’interdépendance.

Je vois de la fragilité dans le fait que toutes nos histoires, nos passions, nos bonheurs, nos terreurs, nos joies, nos peines tiennent dans ce seul fragment de pixel. Et il n’y a pas (encore) de pixel de rechange.

Je vois de l’interdépendance dans le fait que non seulement toute l’humanité tient dans ce minuscule fragment d’image, mais aussi l’intégralité du vivant. La nature n’est pas loin de nous, ailleurs, comme un étranger distinct. Elle est à côté de nous et en nous, tout comme nous sommes une partie d’elle. C’est cela que, pour moi, ce petit point bleu pâle met en lumière, et en perspective.

C’est, bien sûr, quelque chose que les peuples premiers savent depuis des millénaires. Ils n’ont pas oublié et ils n’ont pas besoin de machines pour le redécouvrir. Nous, oui. Nous sommes coupés de nos affects, de nos intuitions, pour certain-e-s nous sommes coupés de notre coeur. Ces machines, ces images nous donnent à voir ce qui est juste sous nos yeux mais que nous ne pouvons plus accepter de percevoir directement, conditionnés que nous sommes par une culture qui réduit l’être humain à sa seule part cognitive et qui réduit la nature au rang chose que nous devons dominer, écraser et réduire au rôle d’outil de production. En l’écrasant, c’est aussi nous que nous écrasons. En la traitant comme une poubelle, nous nous traitons comme une poubelle!

La mission voyager 1 avait évidemment un but scientifique qu’elle a rempli brillamment. Ceux qui ont souhaité lui faire faire ce portait de famille impromptu ont du énormément lutter pour se faire entendre. Mais si elle n’avait servi qu’à donner à voir ce petit point bleu, la fragilité de notre monde et l’interdépendance de tous les êtres vivants, elle aurait, à mes yeux, très largement valu la peine.

 

 

 

La nature redécouverte

416EQFBCX1L

La botanique redécouverte, Aline Raynal Roques, Belin 1999 (pour l’édition actuelle).

A l’époque où la biologie moléculaire est devenue une discipline reine, d’autres disciplines plus traditionnelles, comme les sciences naturelles ou la botanique n’ont plus la cote. C’est pour défendre et faire redécouvrir sa discipline que l’auteure, Aline Raynal Roques a écrit cet ouvrage.

Je suis d’autant plus fascinée par cette lecture que l’auteure a réussi à mettre en lumière de nombreux aspects de sa discipline et aussi différents niveaux de lecture.

En utilisant le dessin, le plus souvent en noir et blanc, en explicitant l’étymologie des termes botaniques et en recourant à la notion « d’herbier de référence » (qui restent les sources de référence de par le monde), elle donne à voir la dimension humaine et historique de sa discipline.

En introduisant les différentes catégories de plantes (cryptogrammes, gymnospermes, angiospermes), en décrivant leurs caractéristiques, leur mode de vie, leurs adaptations, leur variété, elle décrit superbement les plantes elles-mêmes.

En montrant comment on les classe, comment on les nomme, comment on les a découvertes et référencées, elle donne une belle introduction à la botanique en tant que science.

Mais elle laisse aussi transparaitre un niveau sous-jacent à tous ceux là. Elle montre, et avec talent, à quel point les plantes sont des être raffinés, sophistiqués, complexes, créatifs, qui vivent en communauté et sont tous sauf passifs et inanimés. Bref, ce sont des êtres dignes d’émerveillement et de respect. Et je suis émerveillée par cette lecture. Elle change aussi la manière dont je vis mes moments de nature. Elle me permet de contempler les plantes avec un regard plus attentif aux détails, à leurs spécificités, à leur originalité, à leurs rythmes de vie, à d’autres facettes moins évidentes de leur beauté. Je trouve cela très précieux.

Si ce texte scientifique permet à certaines personnes de redécouvrir les plantes et la botanique et aussi d’ouvrir leur coeur et de laisser grandir un lien plus fort, plus vivant, plus profond, à la nature et aux plantes, ce sera une très belle réussite!