Du changement climatique, de la liberté d’expression et de ce qui relève parfois du devoir de s’informer

 

untitled

Au moment où à lieu une grande conférence sur le changement climatique (1) et où de nombreuses personnes oeuvrent à la faire échouer, il peut être utile de revenir aux fondamentaux, à savoir qu’est-ce que le climat, comment on le définit, comment on le connaît, comment il évolue et comment on sait ce qu’on sait à son sujet.

Ce domaine est particulièrement complexe et sa compréhension nécessite un savoir raffiné et étendu. C’est indispensable pour pouvoir comprendre et juger les affirmations des uns et des autres au sujet dudit changement climatique.

Sur ce sujet, on ne peut pas accuser les institutions qui oeuvrent à réduire autant que faire se peut les conséquences de ce dernier de travailler dans le secret. L’intégralité des publications du GIEC est disponible publiquement et gratuitement (2), Les principes de fonctionnement de cette institution sont décrits et documentés (3) et, plus important encore, la manière dont cela marche concrètement est également documentée (4).

Pour comprendre ce que le GIEC dit vraiment, quelles sont les zones de certitudes et d’incertitudes, les luttes d’influence qui le traversent, la solidité des conclusions axuquelles il aboutit, il n’y a pas d’autre solution que d’examiner avec soin les documents qu’il présente. Cela peut être intimidant. Par exemple, le document décrivant la manière dont les groupes de travail fonctionnent et comment le contenu des rapports est sélectionné fait 39 pages (5). Il faut prendre le temps et faire l’effort de le lire avec attention pour comprendre comment ces documents sont rédigés. Le « résumé managérial » (comme on dit) du rapport de synthèse globale fait 32 pages (6). Le rapport de synthèse lui-même fait 151 pages. Et ces documents ne décrivent que le « quoi », c’est à dire le « ce qu’on pense qui est en train de se produire, les conséquences les plus probables et ce qu’on peut faire pour réduire le mal ». Il ne décrit pas le « comment », c’est à dire sur quoi on se base pour faire de telles affirmations, comment on sait que ce qui est dit par la comunauté des climatologues tient la route, quels sont les points d’incertitudes, de débat et d’interrogation.

Là encore, l’information n’est pas cachée. Elle est disponible et gratuite et se trouve dans le même site web, dans les documents de détails des trois groupes de travail qui constituent le GIEC. Les documents de synthèse de ces groupes font, pour certains, plus de 250 pages, et les rapports de détail plus de 1500! Si on veut vraiment savoir jusqu’où ce qui est dit tient la route, il n’y a pas d’autre choix que de faire l’effort de lire attentivement ces rapports détaillés, et de confronter sa compréhension de ces derniers avec des professionnels qui ont les connaissances nécessaires pour répondre à nos questions, interrogtions, contestations, demandes de précisions, etc. C’est un effort très important et tout le monde n’a pas nécessairement le temps ni l’envie de le faire. C’est compréhensible. Mais c’est ainsi.

Mais il est d’autant plus important qu’un très grand nombre de personnes fassent cet effort, que certains groupes ont tout intérêt à ce que rien ne change et ils sont prêts à tout, y compris au pire, pour y arriver. Il y a  tout ceux qui sont au service du dieu argent et qui ont fait vocation de mettre la Terre à sac. Il y a également son allié traditionnel, à savoir la mouvance proche des ultra-conservateurs et fondamentalistes de tous poils qui, de fait, agissent comme les alliés du premier groupe. Ils utilisent toutes les techniques manipulatoires qu’ils ont utilisé (et utilisent encore) pour essayer de promouvoir les théories créationnistes dans les écoles ou bloquer toute évolution sociale pour de tenter de saper les efforts qui sont faits pour éviter une catastrophe climatique.

Dans ces techniques, il y a les lectures superficielles, partielles, biaisées de la documentation sur le changement climatique. Il y a l’utilisation d’un détail, d’un point de discussion et d’incertitude pour tenter d’en faire une pierre d’achoppement qui mine l’ensemble de l’argumentaire. Il y a le mensonge pur et simple (par exemple affirmer que tel ou tel point n’a pas été traité dans les études, alors que c’est faux et documenté, mais dans les rapports de détails que trop peu de personnes lisent. Ceux qui agissent de la sorte utilisent la liberté d’expression pour tenter de la subvertir.  Ils prétendent que d’affirmer tout et n’importe quoi (y compris des choses totalement fausses) fait partie de leur liberté d’expression et que toutes les personnes qui les contrent violent cette dernière (8). C’est très exactement ce que ces personnes ont fait et continuement de tenter de faire sur les enjeux que j’ai mentionné précédemment.

C’est pour éviter qu’ils ne réussissent un jour à avoir un impact qu’il est essentiel qu’un maximum de personnes se renseignent en profondeur, lisent par elles-mêmes toute ou partie de la documentation du GIEC (au moins le rapport de synthèse complet) et cherchent à comprendre ce qu’est le climat et comment il marche.

Afin de mettre le pied à l’étrier, de commencer par une lecture accessible qui décrive ce qu’est le climat, comment on le définit, ce qu’on en connaît, comment il a évolué tout au long de l’histoire, comment on sait ce qu’on sait à son sujet, il existe un bel ouvrage, richement illustré qui plus est en langue française, et accessible à un large public (9). J’ai mis sa page de garde en tête de cet article. Je ne peux que vous recommander de prendre le temps de le lire avec soin. Ce sera une lecture utile.

(1) http://www.cop21.gouv.fr

(2) https://www.ipcc.ch/publications_and_data/publications_and_data.shtml

(3) https://www.ipcc.ch/organization/organization_procedures.shtml

(4) https://www.ipcc.ch/meeting_documentation/meeting_documentation.shtml

(5) https://www.ipcc.ch/pdf/ipcc-principles/ipcc_principles_french/ipcc-principles-appendix-a-final_fr.pdf

(6) https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/AR5_SYR_FINAL_SPM.pdf

(7) https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/SYR_AR5_FINAL_full.pdf

(8) Voir, par exemple, l’interview du prof Martin Beniston sur la RTS: https://www.rts.ch/la-1ere/programmes/medialogues/7195962-medialogues-du-07-11-2015.html#7195959

(9) Marie-Antoinette Mélières et Chloé Maréchal; Climats passé, présent, futur, Belin 2015 http://www.editions-belin.com/ewb_pages/f/fiche-article-climats-26943.php?lst_ref=1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s