Les Dupont Lajoie de la mysogynie

 

Femme défendant le "Passage Corvin" à Budapest durant les événements de 1956
Femme défendant le « Passage Corvin » à Budapest durant les événements de 1956

Internet et les réseaux sociaux permettent de communiquer rapidement sur de nombreuses thématiques, mais ils permettent aussi de les rendre visibles. Et, quand cela dérange, les réactions ne se font pas attendre.

Cela fait des décennies que les féministes et les sociologues parles des difficultés vécues par les femmes dans les espaces publics. Elles ont été mises particulièrement en lumière ces derniers temps par différentes initiatives.

Tout récemment, la presse s’est fait l’écho de l’imitative de l’ONG Hollaback qui lutte contre le harcèlement de rue. Cette dernière a filmé le vécu d’une femme vêtue tout de noir qui a marché sans discontinuer pendant plus de 10 heures dans les rues de New York (http://www.youtube.com/watch?v=b1XGPvbWn0A ). Cette opération a montré que, durant ces dix heures, la personne filmée a subi 100 actes de harcèlement verbal, sans compter tous les autres (non verbaux). La vidéo résultant de cette opération a été vue plus de 15’000’000 de fois durant les trois premiers jours, avec de nombreuses réactions positives de personnes soit indignées, soit subissant les actes. Mais la personne filmée a aussi reçu des menaces de viol et de meurtre!

Et le moins que l’on puisse dire est que ces menaces n’ont pas produit une condamnation unanime des médias ou des internautes. C’est ainsi que sur sa page de garde, Hollaback précise que « Other coverage, however, shows that sexism still shapes culture in a way that harms women. When journalists on major news networks reinforce, support, and normalize street harassment they minimize the violence and fear that women experience on the street. – See more at: http://www.ihollaback.org/#sthash.eETeLhwb.dpuf  »

Cette situation n’est ni exceptionnelle, ni nouvelle. Le film que Sofie Peeters avait publié en 2012 (http://www.youtube.com/watch?v=iLOi1W9X6z4 ) a suscité exactement les mêmes réactions. Certains hommes ont tout utilisé pour tenter de décrédibiliser ce qu’elle mettait en lumière, et, là encore avec la complicité passive ou active de certains médias.

Il y a quelques mois, Anita Sarkeessian (https://twitter.com/femfreq ) a dénoncé le sexisme des jeux vidéos via trois films sur youtube (https://www.youtube.com/watch?v=4ZPSrwedvsg, https://www.youtube.com/watch?v=5i_RPr9DwMA, https://www.youtube.com/watch?v=LjImnqH_KwM). Elle a subi une réaction d’une extrême violence. Des groupes d’hommes déterminés à empêcher toute expression publique de sa part ont piraté ses comptes, tout message de sa part engendrait un torrent de réactions extrêmement violentes. Non seulement certains l’ont menacée de viol et de meurtre, mais ils sont allés jusqu’à publier son adresse physique, son numéro de téléphone, etc. Afin de se protéger, elle a du se réfugier chez des amis, puis déménager.

Alors même qu’il s’agit d’actes qui tombent sous le coup de la loi, le moins que l’on puisse dire est que la communauté des joueurs, essentiellement masculine, a été très loin de défendre Mme Sarkeesian, tout comme, une fois de plus, les médias. Les quelques personnes qui s’y sont risquées ont à leur tour été victimes de réactions tout aussi violentes (voir, par exemple http://business.financialpost.com/2014/08/28/sexism-misogyny-and-online-attacks-its-a-horrible-time-to-consider-yourself-a-gamer/?__lsa=657f-ea99).

Le temps n’a pas aidé. Il y a des alertes à la bombe, voire des menaces de massacre à chaque présentation publique de Mme Sarkeesian (http://www.nytimes.com/2014/10/16/technology/gamergate-women-video-game-threats-anita-sarkeesian.html?_r=1). L’industrie des jeux vidéos, essentiellement masculine, est plus que molle dans sa dénonciation d’actes aussi graves, sans même parler de promouvoir la place des femmes dans les jeux vidéos eux-mêmes.

Alors que certains affirment qu’il n’y aurait plus de raison de lutter puisque l’égalité entre hommes et femmes en occident serait acquise, ces quelques exemples illustrent à quel point il n’en n’est rien! La place des femmes dans tous les espaces publics reste un sujet de haute lutte. C’en est au point que des personnages très en vue, comme le biologiste Richard Dawkins se permet d’attaquer, de stigmatiser et de ridiculiser publiquement les femmes qui dénoncent les actes de harcèlement dont elles sont victimes dans l’espace public (http://www.slate.com/articles/double_x/doublex/2012/10/sexism_in_the_skeptic_community_i_spoke_out_then_came_the_rape_threats.html).

C’est aussi très frappant de voir que, comme à l’époque de la sortie du film « Dupont Lajoie », les dénonciations de ces actes, mêmes preuves à l’appui génèrent un torrent de haine et de violence à l’encontre des victimes, plutôt qu’à celui des harceleurs qui les ont perpétré.

Non seulement les femmes doivent encore guerroyer (et il s’agit vraiment de cela) pour affirmer et faire respecter leur droit à l’espace public, mais elles doivent guerroyer encore et toujours pour faire respecter leur dignité la plus élémentaire.

 

Une réflexion sur « Les Dupont Lajoie de la mysogynie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s